Les fermetures des plus gros sites de torrent

hanging closed sign in shop windowCes 2 derniers mois ont été sombres pour le secteur du piratage. Kickass Torrents et TorrentZ ont fermé et leurs administrateurs ont été arrêté.

La guerre contre les sites de torrent fait rage depuis des années et cela a commencé en 2004 avec la fermeture de SuprNova, le premier site torrent dédié au grand public.

Contrairement aux fermetures récentes, l’administrateur de SuprNova n’a pas été poursuivi en justice. Cela montre l’escalade judiciaire de ces dernières années avec des peines totalement exagérées contre Kickass Torrents et Pirate Bay.

De 2004 à 2013

Après SuprNova, c’est autour de LokiTorrent qui ferme ses portes en 2005 face à une attaque coordonnée de la MPAA. Son administrateur a récolté des dons pour se battre en justice, mais il a fini par abandonner au bout de quelques semaines.

En 2008, la fermeture de TorrentSpy marque un tournant dans la guerre contre le piratage. Le juge avait décidé que les informations des utilisateurs devaient être enregistré et cela a lancé la première vague de l’utilisation des VPN comme NordVPN,Hidemyass  ou VyprVPN.

Les ayants-droits ont exigé des dommages et intérêts de 110 millions de dollars à l’administrateur de TorrentSpy. En 2009, c’est Mininova qui se prend une gifle judiciaire.

Mininova était le successeur de SuprNova et les webmestres du site se sont battu en justice en estimant qu’il est impossible de différencier un fichier légal et piraté.

Cependant, les Majors ont quand même gagné et aujourd’hui, Mininova existe toujours, mais il propose uniquement des contenus proposés par des artistes indépendants.

En 2012, c’est le site BTJunkie qui jette l’éponge. Contrairement aux autres sites, BTJunkie n’a pas été poursuivi, mais il a fermé à cause de l’énorme poursuite contre Megaupload.

Même si vous ne suivez pas l’actualité du Torrent, vous avez dû entendre parler de Megaupload et de ses démêlés avec la justice.

BTJunkie n’a pas pris de risques en fermant de son plein gré. On sait que de nombreux sites de torrents ont suivi son exemple par la suite.

En 2013, c’est un mastodonde du torrent qui ferme avec Isohunt. Depuis des années, Isohunt était attaqué de tous les cotés et sa fermeture n’était qu’une question de temps.

Il a également dû payer des dommages et intérêts de 110 millions de dollars. On ignore pourquoi, mais les ayants-droits semblent attaché à ce chiffre.

Mais les clones d’Isohunt ne manquent pas sur la toile ce qui signifie que les sites de torrent sont des hydres avec des centaines de têtes. On peut couper une tête et les autres vont repousser comme des champignons.

De 2014 à 2016

Le cas d’EZTV est différent puisque sa disparition officielle est à cause d’une prise de contrôle illicite. En effet, des spammeurs ont pris le contrôle des noms de domaine d’EZTV et les administrateurs légistimes ont perdu l’accès à leur site. Aujourd’hui encore, ce site existe toujours, mais il y a 2 versions.

Le nom de domaine eztv.ag est considéré comme étant légitime. A partir de 2015, c’est au tour des plus gros sites de torrent de fermer. YIFY/YTS était spécialisé dans la publication des films en HD et il était aussi l’un des plus gros fournisseurs de Popcorn Time qui avait fermé auparavant.

En fait, les ayants-droits ont attaqué Popcorn Time et ensuite, ils ont fermé YIFY/YTS. Il y a de nombreux clones qui ont tenté de prendre sa place, mais personne n’a jamais pu égaler la qualité proposée par YIFY/YTS.

Et en 2016, c’est Kickass Torrents et TorrentZ qui font leurs adieux. Kickass Torrents était simplement le plus gros site de torrents au monde et sa fermeture fut un véritable séisme… pendant quelques semaines.

Aujourd’hui, de nombreux clones de KAT existent et les administrateurs ont même lancé une campagne de dons pour faire revivre le site original.

Et le dernier en date est TorrentZ qui est le plus gros moteur de recherche de Torrent. Il était actif depuis 13 ans et sa fermeture va faire très mal au secteur des torrents.

On ignore encore l’avenir du piratage dans ces conditions, mais l’histoire nous a montré qu’il est juste impossible de fermer tous les sites et qu’il y aura toujours des personnes pour reprendre le flambeau.