Un opérateur d’un App Store pirate devant la justice

Judge, law, lawyer and Justice concept with a close-up 3d rendering of a gavel on a wooden desktop with brown background.En 2012, le FBI a suspendu plusieurs App Store pirate et il a arrêté plusieurs personnes impliquées dans la gestion de ces sites.

Les App Store en question étaient Appbucket, SnappzMarket et Applanet qui proposaient des applications mobiles gratuitement alors qu’elles étaient payantes.

C’était la première fois que le FBI attaquait des sites d’applications mobiles, alors qu’en général, il se concentrait sur les sites de Torrent et de Streaming.

Après la suspension des sites, plusieurs personnes ont été arrêté au fil des années.

Et l’un des opérateurs de SnappzMarket vient de paraitre devant la justice. Joshua Taylor, âgé de 26 ans, a été accusé de viol de droit d’auteur. Taylor a été reconnu coupable par le tribunal et désormais, il attend sa sentence qui doit être prononcé en février 2017.

Le département de la Justice est satisfait, car il estime que des App Store pirates provoquent des millions de dollars de perte pour les développeurs.

Selon l’enquête, les propriétaires légitimes des applications rapportent une perte d’environ 1,7 millions de dollars. Deux autres personnes, Jon Peterson et Gary Edwin Sharp II, vont également comparaitre devant la justice.

Ces 3 opérateurs risquent plusieurs années de prison. Cet été, Scott Walton, qui était le responsable de communication de SnappzMarket, a été le premier à être condamné à 46 mois de prison.

Pour notre part, on vous recommande de ne jamais aller sur ces App Store. Non seulement c’est illégal, mais ces applications sont souvent infectés par du code malveillant qui peuvent endommager votre téléphone.

On vous recommande les précautions de sécurité habituelles tels qu’un VPN comme celui de Hidemyass,NordVPN  ou VyprVPN pour chiffrer votre connexion.

Car en plus de vous infecter avec des applications douteuses, ces App Store n’hésitent pas à vous traquer pour créer un profil publicitaire.

Le VPN peut bloquer ce type d’interception grâce à son chiffrement. Cependant, la peine de plusieurs années de prison est exagéré alors qu’il suffit de suspendre définitivement ces sites.

A la rigueur, on peut envisager une amende, mais de nos jours, le piratage est sanctionné de la même façon qu’une agression physique.