Les pirates français adoptent de plus en plus l’offre légale

Pirate button on computer keyboard.La Hadopi continue de faire parler d’elle. Symbole de l’inefficacité et de l’incompréhension du piratage, l’autorité s’est enlisé de plus en plus.

En 8 ans d’existence, la Hadopi a très peu impacté le piratage. Et plutôt que d’en tirer les leçons, le gouvernement français veut une liste noire des sites de streaming.

Notons que l’avènement de la Hadopi a également démocratisé l’utilisation des VPN comme Hidemyass, NordVPN, VyprVPN.

Et étant donné que la majorité du piratage se base sur le streaming, alors la Hadopi est inutile. Cette dernière ne vise que les téléchargements par torrent.

L’offre légale, la seule solution contre le piratage

Mais le fait est que s’il y a une bonne offre légale, alors les pirates peuvent devenir de bons consommateurs. Un rapport de la firme EY estime que le nombre de pirates a baissé de 8 %, passant de 11,6 millions en 2016 à 10,6 millions en 2017.

Et ce changement s’explique par de nouvelle offre légale, notamment Netflix. Cela signifie qu’un pirate va pirater par nécessité que par plaisir. Si un contenu est disponible à bas prix sans conditions restrictives, alors il achètera.

Les pirates français s’abonnent massivement aux services de vidéo à la demande. Netflix prend une grosse part, mais on a également Disney et les autres qui vont débarquer.

Mais le piratage ne va pas totalement disparaitre. Mais les pirates vont passer par une combinaison d’offre légale et de contenus piratés. Ce dernier point est simplement pour accéder à des contenus qui sont généralement indisponibles.

Et la Hadopi et le gouvernement français ne comprennent pas cette simple équation. Plutôt que de bannir les sites de streaming, ils doivent augmenter leur offre légale.

Des partenariats avec les services de vidéo à la demande sont une des solutions. En 2017, 20 % des pirates français avaient un abonnement à Netflix.