Cyberguerre: du mythe à la réalité

Silhouette of hooded man or hooligan over dark concrete background with copy spaceLa cyberguerre est un terme assez récent. Il renvoie à la mise en œuvre de certaines actions dans le but paralyser ou de pirater les moyens de communication, de défense ou de financement d’une nation.

La Cyberguerre a longtemps été le thème d’œuvres de science fiction, mais la paralysie du système bancaire estonien en 2007 et la contamination des ordinateurs de la centrale nucléaire iranienne de Natanz en 2010 ont montré au monde que la menace était bien réelle.

C’est un fait, il faut à peine 100 hackers pour paralyser la moitié des systèmes de défense du monde, alors qu’il est quasiment impossible à une armée de plusieurs millions de personnes de parvenir à ce résultat.

Cet exemple illustre parfaitement une réalité nouvelle: les logiciels et les programmes se sont affirmés comme des armes pouvant constituer des moyens de coercitions et de représailles contre des Etats.

Conscientes de cela, les nations du monde entier investissent des sommes importantes dans le développement et dans l’implémentation de logiciels espions et autres malwares.

Et les produits développés par ces nations ne restent pas dans des laboratoires, ils sont utilisés contre des gouvernements ennemis et leurs représentations.

Aujourd’hui, il est d’ailleurs possible d’identifier plusieurs types de cyberguerre.

Quels sont les différents types de cyberguerres ?

Le vandalisme

Il s’agit d’un type d’attaque assez simple à organiser et ayant des conséquences assez limitées. Il vise à modifier le contenu d’un site web ou à le fermer en saturant ses serveurs.

L’espionnage

Pour ce type d’attaques, il faut concevoir au préalable un logiciel espion ou spyware et trouver par la suite son moyen de diffusion. Deux moyens de diffusions des Spyware existe actuellement.

En premier, la diffusion par le biais d’internet. Elle requiert que l’une des installations à contaminer ait un contact avec internet puisque c’est par ce canal que la contamination s’effectuera.

Et la diffusion par intranet. Il faudrait dans ce cas que les installations soient infectées par une manipulation humaine.

Il faut dire que même si ces installations peuvent être infectées à diverses étapes (fabrication, transport, maintenance), ce type contamination exige bien souvent le concours des services de renseignement et d’agences d’espionnage.

L’arrêt ou le sabotage

Il faut savoir que les armes de guerre les plus importantes (avions, chars, Bateaux, Sous Marin) reposent pour beaucoup sur l’électronique.

Comme telles elles peuvent aussi faire l’objet de piratage, qui peuvent les empêcher d’agir quand il le faut ou modifier les actions qu’elles doivent entreprendre.

Il n’y a qu’à se figurer une situation de guerre avec un avion qui se retourne contre les personnes qu’il est censé épauler pour comprendre la portée de ce genre d’actes.

Attaques de certaines infrastructures

Les régies de transport ferroviaire, les centrales électriques reposent toutes sur l’ électronique. Et il est aisé pour un pirate habitant plusieurs kilomètres de saboter ces installations vitales pour toute une nation.

Si le piratage constitue une menace pour les nations, elle l’est également pour les internautes. Heureusement qu’il est possible d’utiliser des vpn comme Hidemyass, NordVPN, IPVanish et VyprVPN pour se protéger.